Jean-Pierre Ostende : Et voraces ils couraient dans la nuit

Nous commencions par une série de mesures et prélèvements : photocopies, saisies, enregistrements, téléchargements, puis comparaisons, analyses, estimations… Marie se chargeait de ça, elle aurait déplacé une montagne avec une brouette et quelques disques durs. Rien ne semblait l’arrêter.
Elle pénétra la première dans le hall à carreaux blanc et noir que, la nuit, deux femmes obscures avaient frotté.

Jean-Pierre Ostende, Et voraces ils couraient dans la nuit,
Gallimard, 2011, p.41.
[contribution de Fabrice Lefaix]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *