Tristan Tzara : L’Antitête

Sur la brouette du corps humain tenue par les pieds décolorés, on porte des cailloux, de leur attroupement informe aux coffres-forts des retraites inviolables, impitoyable nourriture des feux intérieurs.

Tristan Tzara, extrait de « Saisons manquées »
in L’Antitête [1933], Poésies complètes,
Flammarion, 2011, p. 734.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *