Marcel Arnac : Le Brelan de Joie

À ce moment, arrive un gros moine qui clampine et s’époumone à crier :
— Une voiture ! un cheval ! un âne ! Ma part de Paradis à celui qui me portera !
Maître Adam lui demande pourquoi :
— Je suis perdu d’honneur, gémit le moine, si je n’arrive en temps pour ce sermon que je dois faire à Quinquenouille ! Ce n’est qu’à une petite lieue d’ici, mais je suis tourmenté de la goutte nouée et n’avance qu’à la continue !
— Ici, répond le meunier, on ne trouverait pas une brouette ! Sans quoi, frère capucin, je vous aurais mené. Il nous faut aviser d’autre chose. Buvons !
Le penaillon s’y résout à contre-cœur. Il torche son verre en soupirant, mange le fromage comme à regret, et demande, les larmes aux yeux, quelle est la suite…
Marcel Arnac, Le Brelan de Joie,
Bernard Grasset, 1924, pp. 171-172.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *