Jean-Pierre Mocky : Je vais encore me faire des amis !

Passionné par le cinéma américain, Bourvil avait appris l’anglais dans la perspective d’une carrière internationale, amorcée avec L’Arbre de Noël, de Terence Young, dont il partage l’affiche avec William Holden et qu’il avait tenu à postsynchroniser lui-même dans les deux langues. Il se savait atteint d’un cancer de la moelle osseuse, mais c’est sur le tournage de ce film qu’il se mit à en subir les effets dévastateurs. Lors d’une scène, il devait manœuvrer une brouette : se baissant pour s’en saisir, il fut incapable de se relever. On l’emmena aussitôt au fort Carré d’Antibes, ancienne bâtisse militaire équipée d’un centre d’entraînement et d’éducation physique. En vain : tordu de douleur, Bourvil fut hospitalisé à Marseille.

Jean-Pierre Mocky, Je vais encore me faire des amis !,
éditions du Cherche-Midi, coll. « Documents », 2015, p. 97.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *