Henri Michaux : La nuie remue

Toute la longue nuit, je pousse une brouette… lourde, lourde. Et sur cette brouette se pose un très gros crapaud, pesant… pesant, et sa masse augmente avec la nuit, atteignant pour finir l’encombrement d’un porc.
Pour un crapaud avoir une masse pareille est exceptionnel, garder une masse pareil est exceptionnel, et offrir à la vue et à la peine d’un pauvre homme qui voudrait plutôt dormir la charge de cette masse est tout à fait exceptionnel.
Henri Michaux, extrait de « Le Sportif au lit », in La nuit remue [1935],
Œuvres complètes, tome 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 428.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *