Gaston de Pawlowski : Paysages animés

Cependant, voici que, dans la campagne, se précise le bruit disloqué d’une carriole. Elle semble rouler, tout là-bas, sur des tas de noix.
Le battement égal du cheval se rapproche.
Au pas — ça monte. Puis au trot — ça descend.
On entend la toux de l’homme très près et le bruit clair des fers heurtant les pierres. Voici même une étincelle : il faut bien s’éclairer un peu, à cause des gendarmes !
Il est là maintenant. Les roues font, sur le gravier, un bruit de brouette : tout grince et s’arrête.
L’homme saute sur le sol sonore, tire le cheval par la bride et heurte. La grande porte oscille et s’ouvre, le cheval bute au seuil, puis tout s’enfonce sous le porche qui résonne en voyant entrer les roues.
Une femme se hâte avec une lanterne dont l’ombre allongée danse au long des murs. Quelques paroles échangées à la hâte, puis le silence retombe lourdement comme un éteignoir.

Gaston de Pawlowski, extrait de « Nuit d’étoiles », in Paysages animés [1909],
La Bibliothèque, coll. « Les Billets de La Bibliothèque », 2003, pp. 16-17.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *