Christian Prigent : Une phrase pour ma mère

[…] à force qu’on vous débarbouille on voit des fesses énormes peser sur la terre, rondeurs rotondités calamités, chairs rosées cumulus périnée, et sous la couille ça sent la grenouille, l’eau fade glue dessus, et les mouettes poilues empoissent ce qui reste d’oxygène possible, avec ce toit cracra en guise de ciel on se sent gaulois, on n’est pas trop fiers sous l’immense anus, c’est sûr ça va tomber, aïe aïe aïe, gare au caca, c’est pas du caca, ça va, ça vient, ça vire dans les embruns, ça pend à des becs, ça s’arrache aux fourches, c’est échevelé sur les scoubidous modèle hydraulique, ça s’entasse façon sargasses sur des pesanteurs déclarées charrettes, parfois brouettes, voire cagettes sur selles de mobylettes, ça peint en traînées marron tout l’environ, du coup ça pue âcre, c’est l’essence de paillettes en sec de la Manche, le lyophilisé des grandes eaux du crétacé […]

Christian Prigent, Une phrase pour ma mère,
P.O.L., 1996, p. 61.

 

[…] on remarque encore en vrac de bric-à-brac : rafias, clous, ficelles et patates germées, en tout cas au fond, derrière la cloison, elle est là, ma mère, sise sur une cagette, ou sur l’arrosoir cabossé d’histoire, ou sur le squelette de ma patinette, avec une binette en guise de bâton d’interprétation, ça augure pas bien des prolongations, funeste oiseleuse vue de dos en ombre, acharnée à rien, contre-jour chinois, la nuque aigrelette, la taille maigrelette, petits cheveux paille, la clavicule sèche dans l’épaule en bois, le fard est blafard, le blush agonique, la lèvre au beurre pâle, fera pas vieille peau, djà sur la brouette, quasi la charrette, programmée grand-mère du marais berton, frêle ana cassée, porteuse précise de ses propres os, elle marche en sabots au-dessus des eaux, la paille floque au fond, ça fait un peu schlic entre les orteils, mais c’est rien, je vois que ses mains, l’arthrose les a faites capitaines crochettes, elle tient les serpettes on sait pas comment, un peu comme Renoir grippait ses pinceaux […]

Ibid., p. 189.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *