Alfred Jarry : Ubu enchaîné

LE GEÔLIER, accourant.

Tout est perdu, Père Ubu !

 

PÈRE UBU

Encore, sagouin ! Je ne suis pourtant plus roi.

 

LE GEÔLIER

Les Maîtres sont révoltés ! les hommes libres sont esclaves, j’ai été mis à la porte et la Mère Ubu arrachée de sa prison. Et pour preuve de la véracité de ces nouvelles, voici le boulet de la Mère Ubu (On apporte le boulet sur une brouette) qu’on l’a jugée indigne de porter et qui d’ailleurs a de lui-même rompu sa chaîne, se refusant à plus longtemps la suivre !

 

PÈRE UBU met le boulet dans sa poche.

Au diable les montres sans cordon ! Un peu plus, je manquais ma poche !

Alfred Jarry, Ubu enchaîné [1900], acte V, scène 4,
in Tout Ubu, Le Livre de Poche, 1962, pp.328-329

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *